Logo à louer / Logo for rent

Alors, ce logo, on se le paye ou pas ?

Et pourquoi pas le louer ?

On loue bien un nom de domaine lorsqu’on le réserve. On loue aussi une voiture, un photocopieur, sans forcément de limite de temps lorsqu’on prend un leasing ou LOA. Alors pourquoi pas louer un logo ?
Cette option est proposée à mes clients depuis novembre 2016.

 

Cette pratique commerciale innovante, totalement disruptive, est le fruit d’un constat simple. Mes clients veulent débuter avec un logo alors qu’ils n’en pas pas toujours déjà le budget.

 

Non seulement le choix d’un logo est-il parfois un dilemne cornélien, mais son financement et son prix sont la cause de discussions sans fin.

On peut résumer la question comme ceci :
– Combien ça coûte un logo ?
– Cher pour ce que c’est…
– En fait ça n’a pas de prix.
– Et celui-ci, je l’adore, alors que celui-là, pas du tout.
– Mais pourquoi est-ce que certains logos coûtent 1, quand d’autres coûtent 10, ou 100, voire 1000 ou 10000 fois plus ?

 

Un logo pas cher ? Un logo gratuit ? Plutôt un logo avec lequel on en a pour son argent.

Ici, je ne vais pas vous parler des logos gratuits, des logos pas chers, des logos libres de droits. Non. Même s’il font partie du paysage du logo et ont leur utilité dans certains cas.

Un logo est le fruit d’une recherche aléatoire, d’un moment de grâce de la créativité et/ou d’un raisonnement logique.
Le prix de la création d’un logo comprend à la fois une part de temps de formation, recherche, réflexion improductive, essais, rendez-vous, discussions, réflexion, essais, rendez-vous, corrections, exécution, mais aussi une part de droits de reproduction, lesquels rétribuent le fait d’utiliser sur le long terme le résultat de ce travail. Les droits pèsent dans le prix d’un logo, car celui-ci est utilisé un nombre de fois bien plus élevé qu’un dépliant ou une page de publicité.

Ces deux postes principaux (travail de recherche et droits d’utilisation) sont indexés sur la notoriété (soit les résultats passés) du créateur ainsi que sur l’ampleur de l’utilisation du logotype, tant géographique qu’en terme de force de rayonnement économique liée à la position et la puissance de la société ou institution commanditaire. Plus l’utilisation multiple de ce logotype procure de retombées en terme d’image, d’exposition médiatique et en terme économique, plus les droits d’utilisation demandés peuvent être légitimement élevés.

A côté de cela, on peut aussi chiffrer le coût de fabrication matérielle des objets qui portent ce logo (enseigne, totem, lettre, cartes, adhésifs…). Ce montant parfois faramineux lorsque l’entreprise a un réseau très dense d’agences locales, est souvent inclus dans le prix des logos cité dans des comparatifs incomplets qui provoquent de grands cris.

 

Si vous ne pouvez pas vous permettre d’investir en une fois dans une création de logo, alors louez-le !

Pourquoi pas ? Pour une fraction du prix, payée annuellement et tacitement reconductible, profitez des droits d’utilisation du logo. Utilisez-le tant que vous payez sa location. Ne payez que tant que vous l’utilisez.

Un logo sur mesure ?

Oui, bien sûr.

Ne croyez pas que parce que cette pratique commerciale est nouvelle, unique et tout à fait innovante dans ce domaine d’activité du design graphique, cela signifierait que le logo ne sera pas réalisé sur mesure, au contraire.
Je ne suis pas revendeur de logos réalisés par des robots informatiques. Je réalise des créations originales, spécialement pour mes clients et conformément à leurs attentes.

Une confidence : les logotypes produits ne sont pas toujours ceux que j’aurais choisis. Ce sont les versions que mon client souhaite qui aboutissent. Celles vers lesquelles nous nous sommes orientés à la suite de compromis réciproques. Ce sont des logos WYWIWYG (What you want is what you get / Ce que vous voulez est ce que vous obtenez).

Un logo réservé / loué, plutôt qu’acheté. Rent a logo.

Sur un modèle économique similaire à celui des noms de domaines internet, que l’on réserve, mais que l’on ne peut pas acheter, et que l’on peut utiliser aussi longtemps que l’on en paye la redevance, votre logo devient accessible, pour un budget de départ réduit.

Ainsi s’applique au logo le principe de la prime à la performance. Si la marque perdure et continue d’utiliser le logo, celui-ci lui aura coûté au final plus cher à la structure que ce qu’elle n’aurait accepté de payer au départ. Mais en face il y aura eu une réelle rentabilité sur le long terme et probablement une progression dans la taille de l’entreprise qui compensera largement ce surcoût.
À l’inverse, si la marque est abandonnée ou que la société décide de changer de logo complètement, c’est que celui-ci a perdu sa valeur. Le paiement s’interrompt, les droits également, probablement avant d’avoir couvert le prix de revient d’un logo équivalent.

De cette façon, le prix du logo se rapproche de la réalité de son usage.

Lisez aussi mon billet qui parle de cette thématique : Quoi ? Une création de logo à louer ? C’est une blague ?

Alors, une location de logo, qui vous permette de démarrer votre activité sans risque, ça vous tente ?

Demandez une estimation.